Moins on joue, moins on a envie de jouer.

C’est une règle universelle. Moins on pratique une activité, moins on a envie de la pratiquer et inversement. Il n’y a pas un domaine qui y échappe, pas même le poker. Et j’en suis la parfaite illustration! Cela fait un peu près un mois que je joue de moins en moins au poker. Actuellement, j’estime à -80% le temps passé à jouer par rapport à début Juin. J’ai déjà vécu une telle phase. Je sais qu’elle est temporaire. Tout du moins la dernière l’était. Mais j’avoue que pour le moment, je n’ai pas encore vraiment retrouvé l’envie. J’ai bien fait quelques tentatives mais elles se sont soldées par  une série d’échecs frustrants. La routine du joueur de tournoi finalement. Du coup, la petite victoire qui reboost la libido-poker n’étant pas arrivée, je continue de m’en passer et ça continue de m’aller comme ça.

Je me suis bien sûr posé la question: Pourquoi cette démotivation et pourquoi maintenant?

Les causes:

  • L’absence de résultats importants: Il ne fait aucun doute que le shoot d’adrénaline au poker est procuré par la victoire. Je parle bien sûr en tant que joueur de MTT exclusivement. Pour les pratiquants du cash game, c’est une autre vision des choses. En tournoi, c’est la perf qui motive. Et ça fait un moment que je n’ai pas fait de perf, ma dernière marquante remontant à quelques mois (une 15 eme place sur plus de 4000 joueurs au sunday special). C’est d’autant plus vrai pour moi qui suis avant tout à la recherche de qualification pour les tournois live. Je ne joue pas beaucoup de tournois, en revanche, je fait pas mal de satellites.
  • Mes 2 tournois lives et la frustration qui en a découlé! Rappelez-vous, c’était en Juin. J’ai joué l’ACF Poker tour de Paris et le main event des Summer Series. Les 2 tournois se sont avérés très frustrants à plusieurs égards, mais ce fut aussi l’occasion de constater – encore une fois – que le live est beaucoup plus jouissif et stimulant que le poker online. Après 2 sessions live comme celle-ci, j’ai trouvé difficile de me remettre à jouer derrière mon écran.
  • La 3eme raison est plus personnelle et comme je n’ai pas l’intention d’étaler ma vie perso sur ce blog, je vais la survoler. C’est juste que parfois, ce qu’on fait ou vit à côté du poker, impacte notre passion pour ce jeu. Mais il s’agit bien d’une passion et soyons honnête, ce 3ème points est très loin derrière les 2 autres pour expliquer la démotivation générale.

Les remèdes:

La première bonne question à se poser: ai-je besoin de remède? Après tout, je peux très bien vivre comme ça non? Oui, je le peux. Mais je sais que j’aime toujours autant le poker et je sais que je retrouverai forcément tôt au tard le goût du tapis vert. Autant donc essayer de s’y préparer pour faire ça bien.

  • Le premier ajustement est certainement celui du choix des tournois joués et du choix du moment. Exemple: Il y a quelques jours, je m’inscris sur un satellite pour le sunday million de la rentrée. Il est 14h, mon fils vient de commencer sa sieste et je n’ai pas l’impression que le satellite en question durera des heures… Erreur. Après 2h de jeu, j’étais toujours devant le PC, à 2 places du ticket. Mon fils était réveillé, près à partir en balade pour profiter du soleil. Moi j’étais énervé. Enervé après moi, énervé après les joueurs restant à la table qui « chattaient »tout ce qui était possible de « chatter ». J’ai fini par bust à la bulle après 2 bad beat successifs. Dans d’autres circonstances, je n’aurais pas perdu patience, j’aurais pris ce putain de ticket.
  • Jouer moins de satellites. J’ai déjà expliqué les avantages et inconvénients des satellites à ticket sur pokersbastards.   Mon expérience en la matière aboutit à une seule conclusion possible: c’est EV- (pour la bankroll et pour le moral).
  • Gagner. Ce sera sans nul doute l’étincelle qui allumera la mèche! Ma Win, Mon shoot.

Et maintenant, sachez que le prochain billet que j’écrirai sur ce blog sera le compte rendu d’une victoire ou d’un deep run. Du coup… peut être à dans 2 ans!

Retrouver sa motivation.

 

 

xmaster

4 réflexions sur « Moins on joue, moins on a envie de jouer. »

  1. D'accord sur le point "les satelites c'est EV-" on sait bien que les probabilités de probabilités donnent un résultats faibles…

    ça peut arriver mais remporter un satellite et perfer ensuite demande un sacré coup de moule !

    GL bon courage

  2. et ho, vous avez quoi les gars? entre Rincy qui se prend tout par l'arrière (ben oui, comme un foc, la petite voila carré à l'avant du bateau), ATRC qui nous fait la comparaison avec les vieilles échoppes et le live…il y a comme un air de dépression nerveuse dans la blogosphère d'un coup… 😥

    Il parait que le sunday million arrive en .fr, ca va te redonner un coup de boust.

    je me sens tout chose aussi d'un coup

  3. Tu mets le doigt sur autre problème : Avec l'age, il y a LE probleme de temps.

    Quand tu as 18 ans, qu'on est célibataire et à la fac, on peut jouer toute la journée.

    Quand tu as 35 ans, que tu es père de famille, les enfants à gerer c'est impossible de se dégager suffisement de temps dans ce jeu 🙂

    VIVE LE MODE TURBO !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page