Comment jouer en étant chipleader?

Voilà l’objectif de tout joueur au début d’un tournoi, que ce soit une simple partie entre amis ou une finale du World Poker Tour, il faut essayer à tout prix d’être le plus rapidement possible le chipleader, c’est-à-dire la personne avec le plus de jetons autour de la table. Cela équivaut un peu à ouvrir le score au football ou remporter le premier set au tennis mais, à la différence de ces deux sports où il faut essayer de continuer à jouer de la même manière pour remporter le match, au poker, devenir chipleader implique certains changements dans notre stratégie afin de pouvoir profiter au mieux de cet avantage indéniable. Voici donc quelques conseils à suivre pour savoir bien gérer votre avance sur vos adversaires et maintenir le plus possible sur eux une forte pression afin d’éviter tout retour et de remporter le jackpot final.en étant chipleader

Garder la tête froide avant tout

Voilà, ça y est, grâce à un joli coup, vous avez réussi à remporter le tapis d’un adversaire et à vous retrouver d’un coup chipleader de votre table. Que ce soit dans un tournoi réel ou une partie de poker en ligne, le premier réflexe à avoir est le même, à savoir se calmer et ne pas croire que la partie est désormais gagnée. Les retournements de situation sont légion pour tous les joueurs non attentifs ou la jouant trop facile car se pensant intouchable avec un si gros stack. On a ainsi souvent vu des joueurs dilapider leurs jetons sur des coups inutiles, et perdre peu à peu toute leur avance pour finir par se faire sortir, la tête basse. Autrement dit, à la seconde où vous devenez chipleader, il faut respirer un grand coup, regarder vos adversaires dans les yeux et se rappeler tout ce que vous verrez dans cet article.

La stratégie à laquelle tout le monde pense quand on est chipleader à une partie de poker, c’est d’être ultra-agressif et de miser fort sur tous les coups pour forcer ses adversaires moins fortunés à se coucher. Mais cette tactique de l’agression permanente est risquée et pourrait se retourner en un seul coup contre vous si l’un des joueurs se retrouve avec les cartes parfaites pour piquer une bonne partie de votre pot. Ainsi, il vaut mieux privilégier l’approche de l’agression sélective. C’est-à-dire qu’il faudra bien sûr continuer de mettre la pression sur ses adversaires en misant de grosses sommes difficiles à suivre, mais pas n’importe quand et pas n’importe comment. Rappelez-vous que la route pour devenir chipleader est longue et semée d’embûches, mais celle pour perdre ce statut peut s’avérer très courte et brutale, il faut donc savoir raison garder.

Être patient

Si vous vous retrouvez chipleader dès le début d’une partie ou d’un tournoi, il ne sera là pas très intéressant de vous montrer agressif d’entrée pour deux raisons. D’abord parce que même les joueurs avec des pots inférieurs au vôtre auront une tactique agressive pour essayer de rattraper leur retard en mettant d’autres joueurs sur le carreau ; il sera donc plus sage de les laisser se plumer entre eux sans prendre le risque de perdre trop de jetons dans la bataille. Ensuite parce qu’au début d’une partie, les blinds seront très basses et donc très peu intéressantes à « voler » par une grosse mise pré-flop ; il faudra donc au moins attendre le flop et, si aucun tirage trop dangereux ne paraît possible, de miser fortement seulement à ce moment-là.

Même avec un bon jeu, ne pas s’enflammer

Sans pitié

Ce n’est que plus tard dans la partie ou le tournoi de poker que le chipleader pourra s’adonner à une stratégie plus agressive. Le fait de s’être retenu aux étapes précédentes aura aussi un effet intimidant sur vos adversaires qui se diront que vous n’avez pas pour habitude de vous engager sur tous les coups et qui seront donc plus méfiants et auront plus tendance à se coucher. Le meilleur moment pour devenir plus agressif est quand il ne reste plus que 1 ou 2 personnes avec un tout petit stack de jetons et d’autres avec un stack moyen. Dans ce cas de figure, les joueurs avec le plus faible nombre de jetons ne voudront prendre aucun risque de se faire sortir et seront très prudents, alors que ceux avec un pot encore consistant ne voudront pas non plus prendre de risques tant que des joueurs avec moins de jetons qu’eux seront encore en course. C’est donc là le moment idéal pour miser gros et « voler » blind sur blind.

Savoir varier son jeu en fonction de la situation

Si vous jouez dans un véritable tournoi de poker, être chipleader tôt ne garantit nullement une victoire finale, ni même une présence à la table finale. Il faut toujours garder en tête qu’une partie est très longue et jouer main après main sans trop penser à la suite. De même, si vous perdez 80% de votre stack après un mauvais coup et perdez ainsi votre statut de chipleader, ce n’est pas une raison pour voir tout en noir et penser que votre tournoi est terminé car il est toujours possible de remonter. Comme toujours au poker, il est primordial de savoir gérer ses émotions.

tout dépend aussi du tournoi

Il est aussi important de jouer un peu différemment en fonction du tournoi. Ainsi, si c’est un tournoi où seul le vainqueur remporte tout, tout le monde aura une stratégie plus agressive et prendra plus de risques, parfois désespérés, ce qui donnera plus de poids à votre statut de chipleader. Si c’est un tournoi plus grand, où les 100 premiers gagnent quelque chose par exemple, les joueurs seront plus prudents et le chipleader aura à travailler plus dur pour faire tomber ses adversaires qui sauront être patients. Enfin, si ce n’est qu’une partie de poker entre amis, votre statut de chipleader deviendra alors plus anodin car l’important sera de s’amuser plus que de savoir qui va gagner et vous aurez du mal à intimider vos amis.

xmaster

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page